Project Description

Mythomane

Pochette

mythomane

Titres

Ton cinoche
Mes copains
On s’fait la gueule
Va t’en
Cow boy
Encore cette chanson
L’été
Tu dors encore
Mythomane

Paroles

Il ne dira pas, non il ne dira pas
Qu’il a tué son père, sa mère
son frère, ses chats
Il ne dira pas, non il ne dira pas
Que sur son passé il jette
un regard las
Il ne dira pas, non il ne dira pas
Que dans les night-clubs,
la nuit il fait la nouba
Il ne dira pas, non il ne dira pas
Il se sent si seul qu’il passe
de bras en bras, tibidibidiwap
dou wap
Il ne dira pas, non il ne dira pas
Que pour cet amour il a
ce désir la
Il ne dira pas, non il ne dira pas
Que dans ses bras la nuit
il pleure tout bas tibidibidiwap
dou wap
Il ne dira pas, non il ne dira pas
Un geste, un sourire, il n’est
déjà plus là.

Qu’est-ce qui se passe dans
ta tête, quelquefois
J’aimerais bien être dans
ta tête, quelquefois, ahahah
C’est pas que je cherche
la p’tite bêteMais pour moi c’est un vrai
casse-tête
Il y a de quoi s’y perdre,
quelquefois
Faudrait-il que j’incarne
le héros de ton choix
Pour que tu daignes enfin
poser les yeux sur moi, ahahah
Etre Tarzan la banane
ou Robinson dans sa cabane
Bogart, James Dean ou
pourquoi pas même Dracula
Qu’est-ce qui se passe dans
ta caboche, dis-le moi
Mais qu’est-ce qui se passe dans
ton cinoche, dis-le moi,
ahahah
J’attendrais bien jusqu’à
demain, debout ou sur un
strapontin
Si tu m’expliques le début du
film et la fin
Si j’prends une place pour ton
cinoche, rien qu’une fois
Afficher complet ton cinoche,
m’en veux pas, ahahah
Qu’aussi j’en prenne plein
la tête
Et c’est dans un fauteuil
couchette
Que je verrai la fin du film
avec toi
Chaque année, galère, un anniversaire
Les années passent, je trépasse
C’est pas vrai, je rêve, l’enfance s’achève
L’adolescence, l’insouciance
Faut que je m’cadenasse mais je ne tiens pas en place
Faut que j’me range mais ça me démange
J’aimerais tant retenir le temps
J’aimerais savoir s’il y a un plan
Le temps passe et je ne le retiens pas
Faut-il dans la vie être un père, un mari
Se séparer de ses amis
S’enliser dans la nuit et vivre à demi
De morale, de confort, d’ennui
Etre un beauf débile, un paumé servile
Et puis un sinistre imbécile
Oh ! vous mes copains vous ma bande
Restez-là, je vous le demande
Le temps passe et je ne vous retiens pas.

Entre nous deux c’est la guerre
Notre histoire qui se traîne par terre
C’est la haine et c’est la bataille
Enfin bref, tous deux on déraille
Pourtant je sais qu’tu m’aimes encore
Nous sommes à couteaux tirés
Ca va finir par éclater
Regards en coin et méfiance
Mal à l’aise et désespérance
Pourtant tu sais qu’je t’aime encore
Il y a de l’eau dans le gaz
Ca m’fait craquer ça te déphase
On s’fait du mal on s’fait la gueule
Je te quitte et tu me laisses seul
Il y a de l’huile sur le feu
Et l’on joue à ce petit jeu
Si tu n’fais pas le moindre signe
Tant pis, fini, point à la ligne
Pourtant je sais qu’tu m’aimes encore

Va t’en, ferme bien la porte
Va t’en, ferme bien la porte derrière toi
Le jour où je t’ai trouvée là
J’crois pas qu’j’avais la baraka
J’ai été séduit par ton air gavroche
Le chapeau sur un oeil et les poings dans les poches
Mais à qui donc avais-je affaire
Sourire gentil et coeur de fer
Je savais pas c’qu’y avait dans ta caboche
Une araignée cruelle mais ta toile s’effiloche
Je tire un trait sur cette histoire
Dépêche-toi il se fait tard
Prends ta valise et ferme bien la porte
Sans larmes ni soupir, que la diable t’emporte.

Cow boy, gare son cheval près d’une limousine
au fond du parking, prend sa carabine
Cow boy, se méfie, se tait, puis d’un coup s’allume
Et raconte l’histoire, d’un cow boy de dix ans
Et si t’en places une, tourne ses yeux clairs, redevient sévère
Les petits garçons rêvent d’aventures
Tant de chemins foulés par leurs chaussures
Cow boy, sort son flingue à eau, bute les cynoques, casse des quenottes
Et après sirote Tequila Sunrise, fume des King Size
Cow boy, elle se débine, belle mexicaine, te fait de la peine
Yeux et cheveux d’ébène, jambes et tailles de reine
A son coeur t’enchaîne, t’as pas eu de veine
Cow boy reprends ton cheval et ta carabine
Complet le parking, tourne donc la page de ton livre d’images
Paysages et voyages, refais tes bagages
Les petits garçons rêvent de beaux voyages
Puis dorment du sommeil des enfants sages.

Hum, c’est si bon, j’écoute encore cette chanson
Elle dit les mots que je te dirais en cette occasion
Hum, je fredonne, dans la chambre vide ma voix résonne
A mes côtés un chat qui déconne et un électrophone
Je remets ce disque encore une fois
Il craque un peu comme un feu de bois
Je l’écouterais bien cent fois
Hum, je frissonne, normal pour une soirée d’automne
A mes pensées soudain j’m’abandonne, quand sonne le téléphone
Hum, c’est ta voix, je me doutais bien que c’était toi
J’vais te faire entendre une chanson, surtout ne bouge pas
J’mets l’écouteur près du haut parleur
C’est une histoire de coeur un peu bidon
Tu comprendras si t’es pas trop con.
Philtre d’amour et contre-jour
Vagues sur nos corps et sable d’or
Coco, mangue et kiwi, goyave, jus de fruits
Elixir d’amour et fin du jour
Pour magie érotique pour amour exotique
Mais déjà le vent se lève
Et la journée s’achève
Damned, c’est un orage, quittons la plage
C’est un plan maléfique
Un plan machiavélique
L’orage tonne et tu frissonnes
La pluie nous bat, viens prends mon bras
Chauds, humides et malsains les nuages soudain
Eclatent avec fureur et tu prends peur
Mon amour exotique mon amour romantique
Allons, derrière la dune et ouvrons le dialogue
J’ai là une pirogue pour toute fortune
Pour magie érotique pour amour romantique
Philtre d’amour et contre-jour
Vagues sur nos corps et sable d’or .
Je m’réveille bleu blanc p’tit jour
J’ai envie de faire un tour
U ne petite pluie me réveille
Fraîcheur me désensommeille
Et toi tu dors encore
Les p’tits cafés sont ouverts
S’éteignent les réverbères
Les enfants vont à l’école
Et je remonte mon col
Et toi tu dors encore
Flic flac envie de faire des blagues
Flic flac cloche-pied dans les flaques
Petites gouttes sur le cou
Je m’sens bien un point c’est tout
Et toi tu dors encore
Et je chante sous la pluie wap di wap
Pas besoin d’parapluie
Tiens arrive le soleil
Change la couleur du ciel
Et toi tu dors encore
Quatre à quatre l’escalier
Je monte te réveiller
La vie est douce parfois
On ne sait même pas pourquoi…
Je m’raconte des histoires à dormir debout
Ma vie n’est pas à se tordre de rire
J’y emploie tout mon temps, pourtant
Et ça ne suffit pas, alors…
Je raconte des histoires à qui veut me croire
J’suis le premier à tomber dedans
Les deux pieds, les deux mains et l’reste
Mais ça ne suffit pas, alors…Je réinvente ma vie, des amours, des passions et des situations
Tu peux dire que je n’tourne pas rond, qu’importe
Je m’raconte des histoires à dormir debout
Ma vie n’est pas à se tordre de rire
Je fais tout pour, pourtant
Et ça ne suffit pas, alors….